Nouveautés

Bartek,

J’aimerais que ce message devienne un cri pour que tous comprennent quel homme exceptionnel tu as été !
Il y a des gens qui ont de l’or dans les mains, toi tu avais de l’or dans le cœur. Tu étais un modèle de bonté et d’ouverture vers autrui. Un modèle unique. Tu t’intéressais à chacun, et tendais systématiquement la main.
Ton altruisme naturel t’avait poussé à renoncer à toute velléité de carrière professionnelle, politique ou d’ascension sociale pour te permettre de te donner tout entier à la vie associative, à l’animation de la vie de la cité, à l’écoute et à l’accueil des autres.
Lorsqu’il manquait quelqu’un, tu étais toujours présent avec ta bonne humeur et tes encouragements. Lorsqu’une tâche nous semblait embarrassante, tu y allais le sourire aux lèvres avec toute cette candeur lumineuse et cette sincérité juvénile qui te caractérisaient si bien.
Jamais nous ne t’avons entendu te fâcher. Tu ne te plaignais jamais, et pourtant à force de donner ce que tu avais, il t’arrivait souvent de te trouver en difficulté. Alors on t’aidait discrètement, mais si tu revenais la fois suivante, ce n’était pas pour toi, c’était pour nous dire qu’untel ou unetelle avait besoin de nous …
On t’aimait Bartek. On t’aimait tous, et nous étions nombreux.
Tes amis étaient innombrables et venaient de tous les milieux, et de tous les pays d’Europe ou d’ailleurs. Tu les retrouvais en France et tu leur rendais visite dans leurs pays respectifs. Tu les retrouvais dans toutes ces associations, de danse, de musique, de chant, de BD, d’aide et d’accueil des étrangers. Tu les retrouvais à la radio, dans les bars, les salles et dans toutes les manifestations et les spectacles auxquels tu prenais part et auxquels tu nous conviais tous.
Ton enfance partagée entre la Pologne et la France, ton intérêt pour toutes les cultures, ton apprentissage permanent de nouvelles langues étrangères, tout ça n’était que la traduction de ton intérêt pour autrui, et de ton envie puissante de tous nous rassembler de manière confraternelle quelques soient nos différences.
Bartek, cher apôtre du bien, je pense que tu étais l’exact opposé de celui qui t’a envoyé cette fichue balle.
Ta belle âme lumineuse a malheureusement rencontré un esprit du mal.
Il ne t’aura pas laissé le temps de finir de réaliser ton grand projet : créer une auberge multi-ethnique, multiculturelle et multilinguistique à Strasbourg, afin de réunir tous et toutes de tous âges, venus de tous les horizons dans un même lieu d’accueil : chez toi !

Pourtant, ce dont je suis sûr te connaissant, c’est que si tu le croises un jour là-haut ou ailleurs, celui-là, cet opposé, celui qui a mis un terme à ton beau projet parmi nous, tu es encore capable d’aller lui tendre la main…
Je veux crier ton nom, Bartek, le nom d’un homme simple et bon, le nom d’un homme exceptionnel !
Je veux crier ton nom, Bartek, car c’est injuste mais ici-bas le mal fait toujours plus de bruit que le bien !

Bartek ! Pourtant, et à juste raison, j’ai honte de ce que je viens d’écrire car je n’ai parlé que de toi, alors que tu me soufflais distinctement à l’oreille : « Lionel, tu dois parler de toutes les autres victimes, de ceux de Paris, de Nice, de Berlin et d’ailleurs, tu ne dois pas parler que de moi ! »…

L’homme est un enfant gâté.
Lionel WURMS
Président de l’association ABD / Président du festival « Strasbulles »

Un nouveau billet de 1 000 forints 

1000forint

Un nouveau billet de 1 000 HUF (HUngarian Forint) portant l’image du roi Matthias Corvin et de la fontaine d’Hercule du château royal de Visegràd , est entré en circulation le 1er mars 2018.

Pour la petite histoire, le roi Matthias est probablement le roi le plus populaire en Hongrie avec le roi Istvàn. Il a régné dans le seconde moitié du XVe siècle et sous son règne la Hongrie était un grand et riche pays. Il a introduit la Renaissance italienne, a sécurisé l’autorité royale grâce à sa terrible Garde Noire. Il est encore connu aujourd’hui …